Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mots & maux

Invitation à la réflexion sur des questions profondes


Recadrage de la politique économique dans un contexte de stress

Publié par Eco-Tunisie sur 26 Mai 2013, 11:44am

Catégories : #Mes écrits

x_3d26014f

La théorie économique nous a appris qu’en matière de politique économique, l’Etat possède deux instruments essentiels pour contrôler la conjoncture: la politique budgétaire et la politique monétaire. Ces politiques peuvent, toutefois, avoir des objectifs divergents:une politique monétaire restrictive contribue à juguler l’inflation mais réduirait l’activité économique. En revanche, une politique budgétaire expansionniste aide à stimuler l’économie mais induirait une montée de l’inflation.

 

Un arbirage s’impose donc pour les décideurs économiques.

Si la politique monétaire, vise la stabilité des prix, à travers des actions sur le  taux d’intérêt, l’offre de monnaie et le taux de change, la Politique budgétaire s’oriente, théoriquement vers la stabilité économique en agissant sur la fiscalité et les dépenses publiques.

 

Or, en s’inspirant du triangle d’incompatibilité de Mundell, la politique monétaire et la politque budgétaire,  comme elles peuvent avoir des objectifs conflictuels, il serait donc recommandé de hiérarchiser les objectifs et d’affecter efficacement les politiques soit en affectant l’instrument à l’objectif sur lequel il a le plus d’efficacité soit en créant un dosage optimal au moyen d’un policy mix qui consiste à assurer une articulation des deux politiques.

 

Cette orientation suppose au préalale au delà de  la crédibilité des institutions pour réssir  l’ancrage des anticipations d’inflation (rationnelles ou adaptatives) dans les actions des opérateurs économiques, un niveau minimum de coordination entre les décideurs sans que cette coordination n’entrave le principe de la liberté d’action discrétionnaire des institutions monétaires souveraines.

DECISIONS PM

1- Radioscopie économique

 

Les évenements qui ont marqué l’après 14 janvier 2011, ont auguré une nouvelle étape chaotique dans le cycle de vie économique du pays.

- Poursuite d’un climat d’attentisme même après l’achèvement du processus électoral

- Chute brutale de la demande et de l’offre, avec perturbations du système productif

- Dégradation continue du rating souverain

- Des pressions sur l’activité économique, notamment la lenteur du rythme de la croissance, le ralentissement des exportations, le recul des recettes touristiques et la contraction de l’investissement tant intérieur qu’étranger et la baisse des réserves de change suite aux retombés de la crise de la dette souveraine dans les pays de la zone euro

- un accroissement du déficit courant qui a atteint 7% du PIB

- chute des réserves en devises.

- Pression énorme sur la liquidité

- persistance des tensions sur les prix d’un certain nombre de produits alimentaires et inflation contextuelle importante

 

Les autorités tunisiennes ont préviligié durant cette phase du processus le maitien du fonctionnement du système de paiement et le soutien d’urgence de liquidité bancaire pour atténuer la procyclicité et poursuivre le financement de l’économie.

REFINANCEMENT

De même le gouvernement a approuvédans une période difficile une augmentation salariale afin d’apaiser un tant soi peu le climat social et estomper les tensions qui en découlent. Or, l’investissement demeure freiner et l’économie bloquée pendant des mois durant lesquels on a assisté à des sit-in et des grèves de tout genre qui ont des fois poussé à l’extrême jusqu'à paralyser un pays en état d'agonie. On est arrivé à une situation où au lieu de combattre le chômage, on en rajoute encore.

 

En l’abscence de visibilité économique, la marge d’intervention de la politique monétaire pour appuyer l’activité économique est devenue limitée et la croissance se profile à des plus bas niveaux.

Le gouvernement est partagé entre l’économique ( répondre aux éxigences les plus inadmissibles en situation de stress à l’instar de l’urgence d’un développement régional équitable) et le politique (prendre des mesures éloctorlaistes pour s’assurer de sa continuité). Finalement, il n’a réussi ni l’un ni l’autre.

 

2- Y a t-il un juste milieu entre le real politics et un policy mix d’urgence

 

A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. Tout d'abord, je dois féliciter la BCT pour sa réactivité face aux différentes phases du retournement de la conjoncture. La politque monétaire a été déterminantedans ses choix qui ont pu circonscrire les risques d'une récession chaotique.

 

Par ailleurs, un petit recul pourrait bien nous éclairer sur des alternatives économiques plus appropriées mais moins réalistes car il faut statuer sur les priorités du pays.

1) une feuille de route politique car tout gouvernement provisoire n’est peut par définition perdurer 2) stabilité des prix, 3) relance de la croissance (croissance non dopée par l’effet prix)  4) développement régional et 5) création d’emploi.

Secondo, il faut mettre en place un contrat programme national qui se fonde sur une concorde nationale et la paix civile pour ne pas perturber la marche de redressement. Il s’agit là des rôles que les organisations syndicales et patronales sont; plus que jamais, appelées à jouer.

Tertio, une action concertée des politique monétaire et budgétaire.

 

La politique budgétaire devrait intervenir sur l’investissement le plus productif (élimination des barrières bureacratiques) tout en assurant la souveraineté monétaire et la soutenabilité des finances publiques qui suppose une maîtrise du déficit budgétaire et du ratio de la dette publique.

La maitrise de l’encours de la dette est fonction des modalités de financement du déficit public.  L’Etat se finance aux conditions de marché en émettant des bons du Trésor. Ces BTA sont souscrites généralement par les banques (les créanciers). On peut imaginer à ce titre une monétisation de la dette c’est à dire retrouver la fonction régalienne de l’Etat en permettant à la banque centrale de se substituer aux banques dans le financement du deficit à travers des concours à taux d’intérêt nul. Cette thèse suppose que l’Etat ne peut procurer sa monnaie (les limites inflationnistes de cette proposition sont à appréhender par rapport à l’allégement de la charge d’intérêt du Trésor).  

 

Les amortisseurs sociaux (flexibilité du marché de travail et la minimisation de l’action syndicale), quoique difficile en situation de boulversement politique, doivent être actionnés et c’est d’ailleurs le domaine d’intervention du pacte social.

 

La reprise économique devrait se faire moyennant un surcoût inflationniste qu’il faut supporter de bon gré sachant que les délais de transmission des impulsions monétaires correctrices à l’économie réelle sont assez longs dans le temps. Concomitament, si la courbe de taux assure la transmission des impulsions monétaires aux taux longs, la banque centrale devrait coordonner avec le Trésor car elle agit sur le segment court de la courbe des taux alors que le Trésor intervient sur les maturités longues.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents