Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mots & maux

Invitation à la réflexion sur des questions profondes


La monétisation est-elle la solution du dilemme de la dette publique

Publié par comite-economique-citoyen sur 23 Juillet 2011, 11:29am

Catégories : #Mes écrits

x_3d26014f

 

Depuis un certain temps, certains pays ont abandonné le financement direct du Tresor par le recours aux concours de la banque centrale et ont opté pour le financement du déficit public aux conditions prévalant sur le marché. Cette orientation, de l'aveu même de la BCE, vise à bloquer l’option d’un financement monétaire des déficits publics et rationaliser le comportement financier de l’agent économique Etat en rompant avec les choix de facilité. Il semble, toutefois, que cette orientation est sujjette à critique?

 

Partant d’une hypothèse d’efficience où le recours à l’endettement public ne vient pas en compensation d’une gestion insuffisamment rigoureuse des dépenses publiques, le financement du Tresor a permis de renchérir le coût du crédit du fait de l’action qu’il exerce sur les taux d’intérêt (souscription des banques aux bons de tresor et pression sur la liquidité bancaire) et l’effet d’éviction qu’il entraine sur les agents économiques (aversion aux risques, préférence des banques pour un placement sans risque).

 

Mieux encore, l’Etat recourt aux banques pour se financer. Ce faisant, il rachète sa monnaie avec intérêts du moment qu’il a abandonné le droit "régalien" de création monétaire, au profit des seules banques.

 

Beaucoup d’appels se sont lancés pour plaider le retour au finanement de la banque centrale à taux nul, mais semble t-il,  ce n’est pas sûr que la monétisation directe de la dette publique solutionne structurellement le dilemme de la dette publique. Pourquoi?

 
  1. Les banques seront privées “d’un free lunch”/ repas gratuit dans la mesure où elles financent une contrepartie souveraine avec intérêts

  2. L’Etat ne se considère plus comme un agent économique et partant on ne peut tolérer sa présence dans le système productif

  3. L’alimentation de l’alea moral du fait que l’Etat dispose théoriquement d’une manne financière importante

  4. Si l’Etat a un rôle économique, la banque centrale a un rôle strictement monétaire. Son appui à l’Etat risque de fausser sa propre politique de stabilité des prix. D’ailleurs, les politiques d'austérité exigées en période de crise ne s’analyserait pas comme un acte pour préserver la solvabilité des États mais d'éloigner la menace du financement monétaire.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents