Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mots & maux

Invitation à la réflexion sur des questions profondes


La banque centrale de Tunisie conteste l'évaluation faite par S&P

Publié par Eco-Tunisie sur 1 Août 2011, 17:17pm

Catégories : #Actualités économiques

Selon Bloomberg, le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie conteste l’évaluation négative que l’agence de notation Standard & Poor a faite des perspectives économiques du pays, en affirmant que la croissance " n’est pas en train de s’effondrer" après le renversement du Président déchu Ben Ali en janvier.«La capacité de la Tunisie à rembourser sa dette est beaucoup plus forte qu'elle ne l'était il ya six mois», a déclaré, vendredi, Mustapha Kamel Nabli, dans une interview recueillie dans son bureau à Tunis. "La voie politique est bien tracée, le taux de croissance économique est faible, mais les fondamentaux demeurent solides."


Il s’exprimait en réponse à des questions relatives à la dégradation, hier, par Standard & Poor de la perspective de la Tunisie de stable à négative sur fond de préoccupation sur la probabilité qu’une transition politique prolongée peut constituer un frein à la croissance et les finances publiques. S & P a maintenu la note du pays en devises étrangères à BBB-, le cran d’investissement le plus bas. La croissance devrait se situer entre 0,5 pour cent et 1 pour cent cette année, et déficit courant se situera entre 3 pour cent à 3,5 pour cent du produit intérieur brut, a souligné le gouverneur de la BCT. L’agence S & P avait estimé hier que le déficit courant de la Tunisie va s'aggraver pour se situer à plus de 6 pour cent du PIB en 2011, et qu’elle s'attend à une expansion économique de 1 pour cent cette année et un retour progressif à une croissance d'environ 5 pour cent en 2014.


Source: http://www.bloomberg.com/news/2011-07-29/tunisia-central-bank-governor-disputes-s-p-says-growth-not-collapsing-.html


Commenter cet article

Eco-Tunisie 01/08/2011 19:46


Les agences de notation bien que la récente crise des subprimes les a encore discrédité, elles ne cessent de dicter leur loi, la loi du plus fort. en fait, après avoir mis à genoux la Grèce, elles
s'orientent aux pays qu'on limogé leur dictateurs en les sanctionnant par des notes qui ne reflètent pas forcément leur risques. la Tunisie en est l'exemple.....alors on salue la position de la
BCT. on espère un jour que justice soit fait pour ce lobbying financier dot le pouvoir ne cesse de s'accroitre


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents