Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mots & maux

Invitation à la réflexion sur des questions profondes


Conférence Joseph E. Stiglitz à l'IHEC Carthage

Publié par Eco-Tunisie sur 15 Juin 2012, 20:48pm

Catégories : #Divers

CONFÉRENCE 
JOSEPH E. STIGLITZ 
PRIX NOBEL d’ECONOMIE 2001
Lundi 25 juin 2012 de 9 h à 12 h

282827_347693601966700_421942196_n.jpg

Né en 1943 à Gary, Indiana (Etats-Unis), Stiglitz étudie l’économie au Massachussetts Institute of Technology (MIT). A 26 ans, il y est nommé Professeur. Il officie ensuite à Yale, Stanford et Princeton.

Prix Nobel d’Economie pour ses travaux sur l’asymétrie d’information, il est, avec George Akerlof et Michael Spence, à l’origine du « nouveau keynésianisme ».

Actuellement Professeur d’économie à l’Université de Columbia, Joseph E. Stiglitz y préside le Comité de réflexion globale. Il est en outre rédacteur en chef du journal The Economists' Voice aux côtés de Bradford DeLong et Aaron Edlin et membre du Comité d’experts à Oxford, en matière de bonne gouvernance.
Joseph E. Stiglitz figure en 2011 dans le classement Time des 100 personnes les plus influentes dans le monde. Il préside au lendemain de la récente crise financière, la Commission des Nations Unies des experts en réformes monétaires internationales et des systèmes financiers et conseille plusieurs gouvernements, dont le gouvernement tunisien.

Connu pour ses critiques véhémentes envers le Fonds monétaire international mais également, envers la Banque mondiale où il avait occupé le poste de vice-président et d’économiste en chef jusqu’en 2000, il condamne l’action de ces organismes qui privilégient, selon lui, les intérêts des financiers au détriment des pays en crise.
_______________________________________________


Invité de l’IHEC Carthage, Joseph E. Stiglitz y donnera une conférence, le lundi 25 juin de 9 heures à 12 heures sur « L’instabilité financière globale et son impact sur les économies en transition ». Il y exposera sa position sur le rôle des banquiers, des Etats et des institutions internationales qu’il juge porteurs d’une instabilité financière importante, mettant à mal l’économie mondiale dans sa globalité et fragilisant gravement les économies en transition

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents